Retour page précédente

Anne François Henri Letellier

Général de la Révolution et de l'Empire


Né le 19 février à Paris.
Fils de Antoine François Letellier (1750-1815) et Marie Françoise Sophie de Lestre (1763-1791).

Il entre en service comme sous-lieutenant le 31 mai 1804, au 40ème régiment d’infanterie de ligne, et il passe lieutenant le 8 novembre.

Le 24 juin 1807, il est nommé capitaine de hussard, aide de camp du maréchal Lannes, duc de Montebello, puis en 1808 il remplit les mêmes fonctions auprès du maréchal Oudinot, duc de Reggio.

Le 17 juillet 1809, il devient chef d’escadron et le 25 mars 1812 il est nommé colonel. Il participe à la campagne de Russie, au sein du 2ème corps de la Grande Armée.

Il est fait officier de la Légion d’honneur le 4 juin 1813.

Il est promu général de brigade le 4 août 1813, et le 6 septembre suivant il commande la 2ème brigade de la 44ème division d’infanterie du 14ème corps d’armée du maréchal Gouvion-Saint-Cyr. Il est fait prisonnier le 11 novembre 1813, après la capitulation de Dresde, et il est emprisonné en Hongrie.

De retour en France en juillet 1814, il est mis en disponibilité.

Le 17 mars 1815, il prend la tête d’une brigade de cavalerie du 3ème corps d’armée du général Kellermann, et le 30 juin suivant il se retire sur la Loire.

Exile en Allemagne puis à Liège, où il épouse le 10 avril 1817, Marie Catherine Adèle Gosuin.

Il est autorisé à revenir en France le 3 septembre 1817.

Au mois de juin 1818 eut lieu à Croix-Fontaine un affreux accident au cours duquel Catherine Adèle Marie, qui se promenait en voiture à cheval avec son mari, fut grièvement blessée. Transportée chez Mme Wright, elle y fut soignée par le docteur Cretté. Mais il ne put la sauver et elle rendit l’âme le 17 juin. Quelques jours après, le générale Letellier ne pouvant surmonter sa douleur se suicidait d’une balle en plein cœur, le 9 juillet 1818 à Paris, demandant à être enterré auprès de sa femme à Seine-Port et laissant de quoi élever et entretenir un monument au souvenir de leur amour et de leurs morts tragiques.


Inhumation

Inhumation

Tableau
Le Général Letellier sur son lit de mort – Théodore Géricault (1791-1824)
Dessin

Le 9 juillet 1818, Géricault se précipite chez le général Henry Letellier, victime du suicide, en compagnie de leur ami commun, Louis Bro de Comères. Apparemment, le pistolet était encore chaud quand ils sont arrivés. L’artiste a fait un dessin sur la scène et a réalisé ce tableau pour le Bro de Comères par la suite. Géricault a dépeint le mort comme une question de fait: l’image solennelle est dépourvue des attributs du sacrifice et de la gloire qui semblaient transcender une époque définie par l’insurrection et la conquête militaire. Il existe une version de ce sujet dans la collection Oskar Reinhart, Winterthur, Suisse.


 

Gazette de France, 14 mai 1815

Article

Gazette de France, 18 juin 1818

Article

Le Journal de Paris, 10 juillet 1818

Article

La Quotidienne, 11 juillet 1818

Article


Retour page précédente