Retour page précédente

Virginie Déjazet

(Paris 1798 - 1875)


Célèbre par ses rôles de travesti masculin et de femme primesautière,
elle créa, à Paris, le théâtre qui porte son nom.

Elle habita à Seine-Port de 1840 à 1872, au , qui s'appelle à présent la Villa Déjazet



Livres à télécharger

Regardez son
Album photos

 

Partition de
la Lisette de Béranger, par Frédéric Bérat
Partition

 

Chanson : Ma Grand-mère : à écouter
(Paroles de Béranger)
Chanson à écouter

Livre à télécharger
Format PDF ou EPUB
Livre à télécharger
Format PDF ou EPUB

Treizième et dernière enfant de modestes artisans, elle débute à l'âge de cinq ans comme danseuse et s'initie à la comédie avec sa sœur Thérèse, figurante à l'Opéra de Paris, et débute au théâtre des Jeunes-Artistes en 1806, puis au théâtre du Vaudeville l'année suivante.

Engagée au théâtre des Célestins de Lyon en 1817, elle passe à Bordeaux en 1820 mais y reste moins d'un an, puis elle fait partie de la troupe du nouveau théâtre du Gymnase qui venait d'ouvrir en décembre 1820, où elle excelle dans les emplois de soubrettes.

Suite à l'engagement de Jenny Vertpré en 1828, elle préfère abandonner le Gymnase pour le théâtre des Nouveautés, où elle joue pendant trois ans, avant de passer au théâtre des Variétés.

Elle donna son nom aux « Folies-Déjazet » (actuel théâtre Déjazet), une salle de spectacle parisienne située sur le boulevard du Temple qu'elle avait acquise en 1859 pour son jeune protégé, le dramaturge Victorien Sardou et dont elle cèdera la direction à son fils, Joseph Eugène Dejazet. Elle avait également une fille, prénommée Hermione, morte le 18 décembre 1877, connue comme chanteuse et pour une composition.

Elle se retira de la scène en 1868 avant d'y remonter en 1874. En effet, plusieurs personnalités du monde artistique - dont Victorien Sardou - s'étaient associées pour organiser un « bénéfice » à son intention, qui lui rapporta 60 000 francs - pour une représentation.

Son extraordinaire vivacité, son esprit, son talent, et sa capacité à dire ambiguïtés de telle sorte qu'elles lui soient pardonnées, et une indescriptible espièglerie de tout son être contribuèrent à en faire l'une des étoiles les plus brillantes de la scène parisienne.

Karl Moritz von Beurmann a dit d'elle : « Elle est la reine du vaudeville, la grisette par excellence, la plus charmante et la plus douce pécheresse de Paris, la salonnière la plus spirituelle et la plus drôle de la capitale. »

En 1869, Napoléon III lui attribua une pension de 2 000 francs.

Un recueil de ses saillies toujours justes et spirituelles a fait l'objet d'un ouvrage intitulé le Perroquet de Déjazet.

Le 29 septembre 1874, M. Emile Blavet organisait à l'Opéra (salle Ventadour) une représentation au bénéfice de Virginie Déjazet, tombée presque dans la misère.
Soirée vraiment extraordinaire et programme que le premier des milliardaires de nos jours ne pourrait composer.
A la fin, Déjazet, entourée par tous les célèbres artistes, chanta la Lisette de Béranger, de Frédérick Bérat; et elle avait voulu que ce fût Charles Malo, le chef d'orchestre de l'Eldorado, qui vînt tenir le bâton et l'accompagner dans Monsieur Garat et dans la Lisette.

Un peu plus d'un an après cette merveilleuse soirée, le 1er décembre 1875, Déjazet, qui s'était fait transporter chez son fils, rue Clavel, à Belleville, mourait d'un épanchement au cœur. Elle avait pris froid en revenant de chanter la Lisette de Béranger, au bénéfice de Mme Grenier.

Les funérailles ont été splendides! Tous les artistes de Paris étaient là et aussi tous ceux qui avaient applaudi Déjazet dans son temps.
A Belleville, à la maison mortuaire, nous étions plus d'un milier; au Père-Lachaise, on était cent mille! Suprême témoignage d'admiration rendu à la grande artiste, à l'excellente femme, à la mère dévouée que fut Déjazet.

Elle repose au cimetière du Père-Lachaise (division 81).

Virginie Déjazet
Virginie en 1846


Virginie Déjazet Virginie Déjazet
Virginie Déjazet
d'après une photographie de M J. Tourtin ainé
Virginie Déjazet

Virginie dans le rôle de Mimi
Au Gymnase, dans le rôle de Mimi (Grisettes)
Dans les chansons de Desaugiers
Dans les chansons de Desaugiers
Figurine de Virginie Dejazet
Dans le rôle de Fronsac
Dans le rôle de Fronsac
(Les Premières Armes de Richelieu)

Dans le rôle de la Douairière de Brionne
Dans le rôle de la
Douairière de Brionne
Virginie
Dans la Comtesse de Brienne
Dans la Comtesse de Brienne
Livre à télécharger
A lire - PDF

Retour page précédente